NOVEMBRE 2019

Chers concitoyens et amis,
La vie de l’élu est décidemment compliquée ! Nous sommes en permanence tiraillés par plusieurs réalités souvent contradictoires…

Que ce soit en matière d’urbanisme, où les intérêts personnels viennent se heurter à l’intérêt général, ou que ce soit en matière d’environnement où les alternatives de santé publiques sont souvent en contradiction avec nos habitudes.

 L’espace constructible est le principal sujet de tension, puisque la Loi, le SCOT (Schéma de cohérence Territoriale) qui décline du SRADDET (Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Égalité de Territoires) nous imposent  de réduire les surfaces constructibles, notamment en périphérie, pour les concentrer et densifier en centre village. Comment trancher de façon neutre, objective et concertée ?

Je vous rappelle à ce sujet que l’enquête publique pour la révision de notre PLU se poursuit jusqu’au 15 novembre. Y sont associées les enquêtes pour le zonage d’assainissement ainsi que celui des eaux pluviales.

Toujours sur ce volet de l’urbanisme, carrefour du GUILARD.  Les commissions Voirie et Sécurité ont travaillé sur l’aménagement du carrefour et  sur le déplacement de l’arrêt d’autocar scolaire. Nous avons pu organiser une réunion publique pour exposer le projet. Il semblerait qu’il y ait consensus sur ce dossier ! Bravo aux deux commissions et aux contributeurs!

En matière d’environnement :

Comme nous l’avons aussi déjà rappelé, le brûlage des déchets verts est désormais interdit. Nous cherchons des solutions pour vous aider dans cette démarche, notamment avec du broyage à domicile. Nous devons faire preuve de pédagogie et faire comprendre aux contrevenants qu’il s’agit du bien de tous et que leur geste n’est pas anodin.

Certains maires ont pris des arrêtés sur leurs communes pour réglementer les distances d’épandage de pesticides, par rapport aux habitations… D’un côté la prise de conscience de réglementer voire d’interdire, de l’autre des agriculteurs, qui sont les premiers concernés, sont eux-mêmes tiraillés entre le besoin de nourrir leur famille et le constat de ne pas avoir de solutions alternatives immédiates !

Et puis il y a aussi des aléas qu’il faut gérer dans l’urgence, comme par exemple l’installation d’une vingtaine de caravanes de gens du voyage sur notre terrain de football, récemment ré-engazonné ! Là aussi : que faire ? Expulser, sachant que le délai peut être d’une dizaine de jours ou négocier pour que cela se passe au mieux ?

Le sujet de la vitesse des automobilistes est aussi un sujet récurent de plainte des habitants. Mais là aussi on se heurte à un paradoxe. Car se sont souvent les mêmes personnes qui, selon qu’elles se situent derrière leur volant ou comme piéton ont des perceptions différentes !

 Le maire doit veiller au bien-être de tous les citoyens, éviter les tensions pour garantir le bien vivre ensemble

Il faut absolument réapprendre à se parler, à communiquer…

Je vous souhaite un bel automne et vous donne rendez-vous  le dix janvier prochain à l’occasion des vœux de la Municipalité !